Le profil type du locataire en 2022

Personnes en train d'installer un cadre

Comment les différents confinements que nous avons traversés ont-ils impacté notre manière de vivre et plus précisément de se loger en location ? Dans cet article, Door-in vous dresse le profil type du locataire en 2022 et vous donne ses conseils pour concevoir un dossier de candidature complet.

Les profils types

Pour cette nouvelle année 2022, les profils de français locataires « classiques » existent toujours, cependant de nouveaux profils apparaissent suite aux nombreux confinements et aux nouvelles méthodes de travail que nous avons adoptées !

Les étudiants

Ils ont souvent entre 18 et 26 ans et s’installent dans une ville ou une région qu’ils ne connaissent pas afin de poursuivre leurs études. Leurs revenus sont souvent limités et ils recherchent des studios ou, si la moyenne de prix des loyers le permet, des petits T2.

La deuxième option pour les étudiants est également de faire une colocation ou du coliving, afin de partager le montant du loyer et d’avoir la possibilité de vivre dans un appartement plus grand. Dans ce cas là, leur recherche s’orientera vers des appartements de types T3 ou T4.

Peu importe le type de location, les étudiants privilégieront les appartements meublés !

Lors des années 2020 et 2021, celles où les confinements ont été le plus récurent, beaucoup d’étudiants n’ont pas eu à faire leurs années d’études dans d’autres villes. La raison ? Le nombre d’écoles proposant uniquement des cours à distance. Plus besoin du coup de devoir trouver un logement près de cette dernière. Cependant, on l’espère, l’année 2022 s’annonce différente !

Les jeunes couples

Deux jeunes actifs qui s’installent ensemble pour la première fois. Leur recherche se portera souvent sur des appartements de type T2 ou T3 (si un bébé est amené à arriver par exemple), préférablement vide afin de pouvoir le meubler comme ils le souhaitent.

Les familles avec plusieurs enfants

Il s’agit dans ce cas là de parents à la recherche d’une maison ou alors d’un grand appartement, si possible avec un extérieur dans l’idéal. Ils sont plus enclins à s’éloigner de leur lieu de travail afin de permettre à leurs enfants de grandir dans un environnement plus vaste et offrant plus de confort.

Ils font donc en sorte d’être proche de l’école de leurs enfants ou encore de leurs activités extra-scolaires.

Les locataires « télétravail »

On l’a vu lors des confinements, bon nombre de travailleurs pouvant profiter du télétravail ont décidé de s’exiler dans des endroits offrant des plus grandes superficies, proches de la campagne ou de la mer, mais en tout cas, bien loin des grandes villes comme Paris qui ne leur permettait que de « télétravailler » dans des appartements trop petits.

Certaines entreprises ayant décidé de passer à des méthodes 100 % télétravail, leurs employés en profitent donc pour déménager et profiter d’un logement plus grand puisqu’il n’auront alors plus besoin d’être proches de leur lieu de travail !

Les candidats locataires sont des hommes seuls à 29 %, des femmes seules à 38 %, des couples à 33 %, et 28 % d’entre eux sont des étudiants !

© Chris Montgomery – via Unsplash

La décentralisation des recherches

C’est un véritable changement dans la recherche par rapport à « l’avant crise sanitaire ». En effet, en termes de loyer au m², l’Île de France est pratiquement 2x plus chère que la province, et Paris 2,7x plus chère.

C’est pour cela, et également suite aux nombreux confinements que nous avons traversés, que beaucoup de locataires choisissent de ne plus rechercher de logements en location dans les grandes villes. Le Rhône par exemple, comprend 7,12 % des recherches de biens en location en France, alors que Paris et les Hauts-de-Seine comprennent 6,38 % et 3,7 % des recherches.

L’Île-de-France capte toujours moins de demandes qu’avant la Covid-19 : 23,6 % contre 76,4 % pour la province.

Angers et Lyon deviennent les villes les plus « tendues » de France ! Avec 7,1 demandes pour une offre pour Angers et 6,69 demandes pour une offre pour Lyon. À titre comparatif, Paris elle, se situe à 1,71 demande pour une offre.

Les types de biens loués 

D’après le dernier observatoire sur le marché locatif privé français de LocService, dévoilé en janvier 2022, les logements meublés représentaient 49 % des locations en moyenne en 2021

Les biens les plus loués en 2021 restent les studios et T1 à 36 % ainsi que les T2 à 27 % ! Les étudiants et les jeunes actifs restent ceux qui sont les plus intéressés par ce type de bien. Le loyer moyen pour les studios et T1 est de 564 €, une augmentation de 5,4 % par rapport à l’année 2021.

Les T3 quand à eux représentent 15 % des logements loués meublés, pour un prix moyen de 851 €, avec une augmentation de 6,2 % comparé à l’année 2021.

Les maisons n’occupent que 5 % des 49 % de logements loués meublés, par des familles avec enfants.

Le plafonnement des loyers

Afin de faciliter l’accès au logement, l’encadrement des loyers a récemment été réactivé (loi Elan, votée fin 2018). Cette mesure a pour objectif d’empêcher les loyers excessifs dans les villes les plus tendues (comme Paris, Lille). Un simulateur en ligne vous permet de vérifier facilement si votre logement est situé en zone tendue.

Dans ces secteurs, les loyers demandés – pour un logement servant de résidence principale au locataire – ne peuvent pas dépasser le « loyer de référence majoré ». Cette valeur maximale de loyer au m² est égale à 120 % du loyer moyen constaté pour le même type de bien, dans la même zone.

Ce loyer médian de référence est établi chaque année par les observatoires des loyers locaux. Pour cela, ils prennent en compte plusieurs critères : la zone d’implantation du logement, sa date de construction, le type de location (vide ou meublée) et le nombre de pièces (du studio au logement de 5 pièces ou plus). Les plafonds sont fixés en euros par mètre carré de surface habitable « fiscale » (cette surface comprend la surface habitable et la moitié de la surface des annexes).

© Tierra Mallorca – via Unsplash

La période clé de candidature

Comme vous devez déjà le savoir, la période la plus tendue pour les recherches de locations reste entre mai et juillet. C’est pour cette raison que 40 % des dépôts de dossiers sont concentrés sur cette période estivale.

D’ailleurs, ces recherches ne concernent pas uniquement les étudiants désireux de s’installer en fonction de la localisation de leurs universités supérieures. D’après une plateforme de simulation de prêt immobilier, notamment à Paris, la moitié des investisseurs sont des locataires qui achètent en région puisque les prix et charges dans la capitale sont (trop) élevés.

Il faut également préciser que plus de 60 % des ménages à Paris sont des locataires, car la capitale comprend une forte concentration d’étudiants, ainsi qu’un marché de l’emploi fort. En deuxième place on retrouve Lyon, devant Toulouse, Bordeaux, Nantes et Marseille qui sont également des villes étudiantes propices à la location.

Un dossier de candidature locataire complet c’est…

Dans les zones tendues, c’est-à-dire dans les zones où il y a le plus de demandes de locations (essentiellement des villes étudiantes), la concurrence est rude. Et pour se différencier, les candidats locataires se doivent d’avoir un dossier suffisamment complet afin de retenir l’attention des propriétaires bailleurs ou des agences immobilières.

Première étape, proposer un dossier avec les pièces demandées par l’agence et/ou exigées par le bailleur. Cette étape, en fonction du profil de l’agence peut se faire soit avant la visite soit après cette dernière.

Il faudra : 

  • Une pièce d’identité valable ;
  • Votre situation professionnelle (contrat de travail, certificat de travail pour les salariés, derniers avis d’impositions…) ;
  • Vos 3 derniers bulletins de salaire, ou ceux de vos garants si vous n’êtes pas salarié ;
  • Indiquer si vous touchez des APL ;
  • Un plafond de ressources, pour l’accès au logement locatif social ;
  • Le revenu fiscal de référence pour les locataires salariés.

Pourquoi les candidatures se font en ligne

Une bonne majorité des candidats locataires préfère transmettre leur dossier en ligne via des plateformes sécurisées pour plusieurs raisons :

  • La première, qui est très légitime, est que leur dossier contient des données à caractère confidentiel et qui relèvent donc de la vie privée. Il est donc normal de s’assurer de déposer ces pièces via un site sécurisé plutôt que de l’envoyer sur un mail générique, pour une meilleure protection.
  • Deuxièmement, ils peuvent avoir un suivi de leur candidature via des alertes mails ou SMS, ce qui est rassurant puisqu’ils savent que leur dossier est traité et n’est pas perdu dans une boîte mail dans les spams par exemple.
  • Enfin, troisièmement, les candidats locataires vont postuler à plusieurs offres en même temps. Ils aiment utiliser des espaces où ils peuvent déposer leur dossier en 2 minutes et continuer leur recherche rapidement.